Protection de contenu.

Blog sous licence creative common. Messages soumis à modération pour le respect de chacun.

samedi 27 septembre 2014

Les charlatans peuvent tuer


Reste que si l'on ne peut pas toujours échapper à ces dernières, les charlatans c'est une autre paire de manchettes.

Et avec des yeux pareils, pas étonnant.

Car oui, les personnes malades et souffrantes (nous) sont des cibles de choix pour ces snipers capables de repérer une victime à 2 kilomètres sans jumelles.


Je ne veux pas taper sur les voyantes et autres marabouts, il y en a sans doute des "honnêtes", persuadés d'avoir un don et qui ne cherchent pas à abuser autrui. Reste que je ne sais pas ce qui est le plus inquiétant: une personne persuadée qu'un jeu de cartes (et un gros chèque) donne vraiment une vision de l'avenir, ou une personne qui sait pertinemment que non mais en fait son gagne-pain.

Certains charlatans vont parfois très loin, ou plutôt accompagnent très loin, leurs clients dans le délire, comme en témoigne cet article (et ce n'est pas un cas isolé hélas).

Le problème pour nous réside dans toutes ces professions non réglementées. S'il est entendu que de nombreuses pratiques "non médicales" peuvent nous faire du bien, qu'en est il de la qualité de ceux qui en font un métier ?
Pendant longtemps, tout le monde pouvait poser une plaque de psychothérapeute devant chez lui.
Le soucis est qu'il y en a plein des professions parfois bizarres: hypnothérapeute, pressurologue, coach (?), magnétiseur, naturopathe.... Bien malin qui sera capable de les définir.
Le pire est quand on commence les mixages: sophrologue spécialiste des points de pression, hypnotiseur spécialiste du coaching, etc.*

*oui ils existent, et pas loin de chez moi encore.

Alors prudence, vouloir arrêter de souffrir ne doit pas vous encourager à tout tenter. La Mivilude nous propose un petit guide qui doit nous permettre de déclencher à temps quelques "alarmes".

Cliquer pour accéder au Guide de la Mission
Et ne sacrifiez pas votre simple bon sens !

Le cas particulier des sophrologues: A ce jour, tout le monde peut se dire sophrologue: il n'y a pas de diplôme d'état. Les "vrais sophrologues" tentent donc de s'organiser en faisant reconnaître leurs diplômes, en rédigeant un code déontologie, etc. depuis peu, la profession dispose d'un début de reconnaissance administrative via un code ROME.
Pour les sophrologues, comme pour toute autre profession à laquelle vous faites appel, exigez que le praticien puisse vous donner ses références.
Plus d'infos sur le site de l'école Sofrocay, et le Syndicat des Sophrologues (dont leur dossier de presse bien fichu).

jeudi 25 septembre 2014

Fibromyalgie et sophrologie (sophrologie niveau 2)

Le magazine de la sophrologie nous offre un article sur les liens entre cette discipline et notre maladie préférée.


http://www.sophrologie-actualite.fr/
lien vers le site principal



Après un petit récapitulatif de ce qu'est une Fib, l'article attaque le vif du sujet sur l'aspect à la fois préventif et curatif de cette discipline.

Un article intéressant donc, qui donne envie d'en savoir plus.

On notera le nombre important d'articles médicaux spécifiant l'inutilité de la sophrologie, et qui pourtant en conseillent la pratique comme étant une voie permettant d'améliorer la qualité de vie.
J'imagine qu'ils entendent par là que la sophrologie ne guérit pas, mais soigne?
Or c'est justement l'intérêt de la "Sophro", ça peut soigner* (sans compter que la médecine à ce jour ne peut pas non plus nous guérir).

 Pour accéder à l'article c'est ici.
http://www.sophrologie-actualite.fr/2014/09/05/fibromyalgie-et-sophrologie/

Evidemment, nous ne sommes sans doute pas tous destinés à profiter de la "Sophro", comme nous ne pouvons pas tous bénéficier des mêmes traitements chimiques. 

Les techniques peuvent néanmoins s'avérer profitables. A la différence d'une pilule qu'on avale "passivement", la sophrologie est avant tout un apprentissage "actif". Il faut donc au début se donner le temps d'en intégrer les bases et prendre "son mal en patience". Je suis convaincu que ce côté "actif" est bénéfique : l'image de soi se trouve valorisée par une sensation, non pas de contrôler, mais tout au moins de gérer un peu plus sa pathologie.
Et tant pis si ça demande un peu de temps comparé au fait d'avaler une pilule, on le vaut bien ce temps non ?


*partez en courant si vous tombez sur un sophrologue qui vous promet des miracles : vous devez être tombé chez un marabout. Renseignez vous a minima sur les écoles suivies par le praticien.

Reportage france 3 Limousin


Aujourd'hui sur FibroTV, un reportage bien fait malgré sa faible durée sur la Fib et l'intérêt de la sophrologie.

Impossible de sortir la vidéo du contexte, je vous donne donc la page intégrale de France 3 Limousin pour rencontrer la belle Marion.
La pauvre a l'air de bien souffrir et la voir marcher avec une canne me rappelle bien de mauvais souvenirs.
http://france3-regions.francetvinfo.fr/limousin/2012/11/05/revivre-avec-la-fibromyalgie-139285.htm

  
france3-regions.francetvinfo.fr/limousin/2012/11/05/revivre-avec-la-fibromyalgie-139285.htm





A noter que le reportage montre juste une séance de "sophro" en groupe ce qui a priori n'est pas ma tasse de thé (mais j'ai un soucis avec les groupes donc c'est personnel).




mercredi 24 septembre 2014

Une bouffée d'air frais

Psychologies.com nous offre un article bien sympathique sur mon sport préféré: celui où il faut s'économiser et en faire le moins possible pour aller loin*: l'apnée.

*Si ça c'est pas une philosophie de vie ?


Dans un article de 3 pages rapides à lire, Psychologie.com passe en revue tous les bienfaits de cette activité mentale avant d'être physique, véritable école de la décontraction.

Alors bonne lecture et rendez vous à la piscine la plus proche !



lundi 22 septembre 2014

marika, le retour

Marika revient, et elle n'est pas guérie !


Je suis content d'avoir acheté la seconde version de "Marika ou le bonheur retrouvé". Ou plutôt devrais-je dire "la fibromyalgie à l'épreuve des mots".

Ce qui a vraiment changé, c'est dans la partie romancée que l'on peut le trouver. Etonnament  c'est cette partie qui a disparu du titre, mais peu importe : ce n'est pas là l'essentiel, même si c'est d'abord cet aspect particulier du livre qui m'avait intéressé (mi-roman/mi-ouvrage médical).

Du coup je trouve ça moins vendeur.

Bref.

Cette lecture me permet donc de corriger ma principale réserve concernant la première version. On y lira toujours que Marika est guérie, mais cela ne s'arrête plus là et la suite du roman vient fortement nuancer ce tableau idyllique.
Le docteur Baron a en effet décrit ce qu'était ou ce que devrait être la vie d'une fibromyalgique après cette "guérison". Il y décrit une marika qui a toujours mal, mais moins, ne lutte plus contre ses douleurs et s'autorise à vivre, puis à retravailler.
C'est cette "après" qui ajoute énormément à l'intérêt de la lecture. On y notera que l'héroïne commence par faire une "erreur de casting" en se dirigeant vers un métier administratif censé être moins stressant. Remise en confiance mais sentant toujours un vide, elle finira par se diriger vers des études de sophrologie, ce qui lui permettra de retrouver une occupation plus altruiste, correspondant mieux à sa nature profonde* et donc à un nouvel épanouissement.


*Marrant ça me rappelle une personne réelle.

Moralité, j'ai préféré "marika le retour" à "Marika 1" et je conseillerais de rechercher cette édition plutôt que l'autre.

jeudi 18 septembre 2014

On n'arrête pas le progrès

Dans un ancien article, je vous parlais des "Tens", ces petits appareils électriques facilement hors de prix.



Je viens de voir que l'on était passé à la vitesse supérieure, mais sans doute aussi au tarif supérieur avec les "tens sans fil":


Cliquer pour accéder à l'article

J'aimerais bien essayer quand même, on ne sait jamais.

la sensibilité sensorielle objectivée

Les personnes atteintes de fibromyalgie souffrent souvent d'une hypersensibilité à la lumière, aux sons et au toucher.

 

Nous ne sommes pas juste super pénibles à vivre et intolérants à plein de trucs parce que ça nous fait plaisir.
Le grésillement d'un balladeur réglé trop fort dans les oreilles d'un voisin, le conjoint qui range les assiettes un peu trop sèchement dans une armoire ou le lave vaisselle, les bruits "explosifs" (éternuements, klaxons, etc.) sont potentiellement autant de sources d'aggression réelles quand ce n'est pas de douleurs.


Le soucis est encore plus prégnant quand nous avons la chance d'avoir des enfants en pleine forme mais qu'un beau-frère facétieux leur offre des crécelles et un tambourin (véridique).





Je ne sais pas si la littérature médicale en parle mais je crois que pour les mêmes raisons nous souffrons d'une forme de presby-acousie (enfin moi oui en tous cas).
Je me pose aussi des questions relatives à des problèmes d'équilibre.

Ce qui fonctionne avec le son marche aussi avec la lumière (gaffe à la conduite de nuit) et toute autre stimulation sensorielle. Pour l'anecdote, j'ai ressenti une brûlure hier au bras quand une mouche s'est posée dessus... impressionnant quand même.
Donc avant d'aller à un concert, feux d'artifice, boite de nuit, grand prix moto... pensez à vous protéger à minima avec des bouchons d'oreilles. Moi je le fais et pour ce qui est des concerts j'ai remarqué qu'en 20 ans il y avait de plus en plus de jeunes qui pratiquaient de même.

Mais pourquoi donc ?

Si cette hypersensibilité est un symptôme, en comprendre le fonctionnement peut permettre d'en savoir plus sur le syndrôme.
En l'état des recherches actuelles, cela serait lié à un dysfonctionnement cérébral: la zone chargée de traiter les "inputs sensoriels" serait en mode "grêve du zèle".

"La fibromyalgie est associée à un déficit du traitement sensoriel", concluent les chercheurs. "Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour examiner les mécanismes régissant ces anomalies perceptuelles". 

Moi ce que je vois, c'est que de plus en plus de constats scientifiques montrent qu'il y a une réalité objective cachée quelque part derrière nos souffrances. De quoi clouer certains becs.
Le prochain qui me parlera de troubles hystériformes prendra donc ma main dans la figure.

mercredi 17 septembre 2014

La souffrance psychique, un-motif d'euthanasie comme un autre ?

La souffrance psychique, un motif d'euthanasie comme un autre ?


Un article de l'Express nous rappelle l'étonnante législation Belge sur l'euthanasie.
Pour mémoire, chez nos voisins, comme en Suède, la souffrance psychologique est un motif de "mort assistée".
Dans le cas évoqué par l'article, il s'agissait d'une demande effectuée par un criminel sexuel.
Heureusement (?), la procédure reste cependant très lourde: en Belgique, les patients doivent trouver un médecin qui accepte leur dossier. La loi ouvre un droit à la demande d'euthanasie, pas à l'euthanasie elle-même. La décision doit ensuite être prise par au moins trois médecins à l'issue d'une série d'examens physiques et psychiatriques. 


Une bonne excuse pour relire mon premier article sur le sujet pas vrai ? 



mardi 16 septembre 2014

On n'est pas que des pigeons, la honte

France 4 m'a bien réveillé !

Grâce à son émission "on n'est plus des pigeons" diffusée le 27/05/014 et que je viens de voir en replay.

Je vous laisse tomber de votre chaise tout(e) seul(e): avancez jusqu'à 6,50 minutes et écoutez ce bon médecin.




Là où ça devient drôle, c'est que qu'il y a eu tellement de réactions épidermiques, tant aux dires du médecin, que face à l'absence totale de critique de ses propos par un journaliste ou la chaine, que France 4 s'est sentie obligée d'ajouter ceci sous sa vidéo (voir le site officiel):

MISE A JOUR 06/06/14 : Vous êtes nombreux à nous contacter suite à notre reportage abordant le cas de la fibromyalgie. Sachez que nous reviendrons sur ce sujet à la rentrée. Encore une fois, nous vous réaffirmons notre volonté de ne pas nier les symptômes de la fibromyalgie, ni leurs conséquences.

Voilà, voilà. On n'est plus des pigeons, c'est cool, mais on passe pour des malades imaginaires sur une chaîne publique (qui a dit "personne ne la regarde" ?).
Peut être ce médecin voulait-il dire autre chose et est-ce le montage qui est à incriminer ?

Rendez-vous donc à la rentrée. Encore une affaire à suivre car j'attends "un droit de réponse" :-)



Edit :

j'ai déjà droit à une réponse du twitter de l'émission:

Vous êtes nombreux à nous interpeller concernant le sujet abordant la fibromyalgie, diffusé la saison dernière. Comme nous vous l'avions annoncé, ce reportage va donner lieu à un droit de réponse. Soumis à des contraintes techniques de tournage et de diffusion, ce droit de réponse n'a pu être mis à l'antenne dès la rentrée. Nous nous en excusons. Sachez cependant qu'il sera enregistré d'ici peu et diffusé, donc, au courant de l'automne. Bien-sûr, nous vous tiendrons au courant lors de sa programmation. Merci de votre patience et de votre compréhension.


lundi 15 septembre 2014

we are the wolrdeuh....we are the childrenheu....

Les artistes chantent pour le Collectif des Douloureux Chroniques : www.collectif-cdc.org


Le titre "TOUT RESTE A FAIRE" a été enregistré le 12 mars 2012 au profit du C.D.C.

J'ai découvert ce clip par le plus grand des hasards.

Ca pête moins que les restos, ça pleure moins que "We are the World", c'est moins drôle que les supporters de 2010 et nettement moins pêchu que les célèbres houlala et houlala 2 la mission, mais j'aime bien quand même.




Et c'est sur Fibradio !

dimanche 14 septembre 2014

Pourquoi docteur (europe1)

Sur europe1, le docteur Jean-François Lemoine réunit des spécialistes reconnus pour répondre aux questions des auditeurs et débattre des grandes problématiques actuelles.

 

 


Ici, nous retrouvons un très bon journaliste, et David Gourion (Psychiatre, Docteur en neurosciences), Carole Robert (Présidente de l'association Fibromyalgie France), Patrick Sichere (Rhumatologue à Paris).
Et tout ce beau monde parle de notre sujet préféré, entre humains, plus qu'entre "savants", et ça fait du bien.

 

On ne peut pas exporter la bande audio, il faut donc se rendre sur le site d'Europe1.

ou cliquer sur la radio
Etonnament, une fois sur le site, vous pouvez télécharger directement l'émission pour en profiter hors ligne.

Au menu:
  • pourquoi on emmerde ennuie les médecins,
  • un peu de théorie(s) médicale(s),
  • spécificité des douleurs,
  • le retentissement et la qualité de vie, 
  • les traitements non-médicamenteux,
  • etc.

A faire tourner ! Très bonne émission "généraliste", pleine d'hu-ma-ni-té. 

 

A noter dimanche 21 septembre, une émission "spéciale douleur" .

 

vendredi 12 septembre 2014

Bien choisir un animal de compagnie

Les animaux, parait que ça peut aider à gérer le stress: équithérapie, "dolphinothérapie", "chienothérapie", etc.

Sauf que nous ne pouvons pas tous profiter des bienfaits d'un cheval ou d'un chien (ou chat) sans parler des dauphins qui demandent pas mal de moyens, et ce même en région humide.

Quoi de mieux alors qu'une petite bande de rongeurs allez vous me dire ? Attention quand même, choisissez bien.

Exemple par l'image, allons à Jardiland mériter notre carte de presse :


C'est vraiment stressant ces écureuils non ?

video

Surtout si on compare aux cochons d'indes, même heure et même endroit.

Et on peut aussi faire des mixs thérapeutiques, à condition de bien les surveiller

J'espère que cet article de fond, certes légèrement complexe, vous aura aidé?

le Lombo-Sutra (mais que pour les hommes)

C'est la fin du calvaire pour les hommes lombalgiques : des chercheurs canadiens ont publié un « Kamasutra du lombalgique ». Ils y conseillent des positions adaptées aux douleurs dorsales. 


Bon, comment dire ....La version féminine devrait arriver sous peu mais c'est déjà 50% du travail de fait.

Et puis c'est pas pour dire mais c'est souvent l'homme qui fait tout.


Je vous propose donc d'aller directement sur l'article. Avec des vidéos ! Hummmmm.

Et sinon pour les curieux le document est disponible aussi, mais présenté comme ça ça ne donne pas super envie.

Nous sommes tous des Marika, partie 3

Et soudain, la lumière !

(Looking for Marika)


Devant les difficultés à joindre le Dr Baron pour savoir comment obtenir une version physique de son livre, j'ai contacté directement les éditions Yago, dans l'espoir qu'il leur reste quelques invendus....

C'est alors que j'ai appris que si "Marika" n'était plus disponible, c'est parce qu'elle avait été remplacée.

Pauvre femme....

Enfin la bonne nouvelle est qu'une version plus récente de ce livre, une mise à jour pourrait on dire, est disponible chez l'éditeur.

Pour le trouver, faites défiler le curseur de la page d'accueil à la lettre L (et oui ce site ne propose pas de recherche par mot clef, ce qui est tout sauf pratique).

On trouvera donc "La fibromyalgie à l'épreuve des mots", du Dr Baron, éditions YAgo, pour 22 Euros prix public.

Chez Amazon ? Ben non

A la Fnac ?  79 € neuf ??!! On se fiche de notre gueule grave et la soi-disant rareté ne justifie pas un tel prix ! 

Price minister, j'en ai trouvé à un prix... acceptable....  grâce à un coupon de fidélité.

Moralité : cherchez d'occasion ! C'est qu'on en viendrait presque à conseiller de trouver le livre en version numérique piratée....

Sinon j'ai ré-écrit à l'éditeur pour savoir s'ils font des commandes en direct. Je pourrai tenter malgré tout de joindre le Dr Baron par la suite.

J'aimerais bien savoir ce que l'auteur à ajouté-retiré-corrigé dans cette nouvelle mouture ?

Affaire à suivre.




En attendant, une petite interview du Dr BAron, disponible sur le net, c'est ICI

mercredi 10 septembre 2014

Pour protéger ton dos, soigne ton ventre.

Article très intéressant pompé à 20 minutes.

Corriger sciemment un déséquilibre du dos peut en créer d’autres en réalité…

Forcer quelqu’un à se tenir droit serait même le pire conseil à prodiguer pour le préserver d’éventuels problèmes de dos.

Des chercheurs de l’hôpital Woodend d’Aberdeen en Grande-Bretagne l’ont prouvé il y a trois ans dans une étude menée sur 22 volontaires n’ayant jamais eu de douleurs dorsales ou d’opérations chirurgicales. Grâce à une IRM, ils ont observé les tensions du dos dans trois positions assises différentes. Penché en avant, dos droit à 90° et relâché, une position dans laquelle les sujets s’inclinaient légèrement en arrière tout en maintenant les pieds au sol. Résultat, c’est dans cette dernière posture que la colonne vertébrale subit le moins de tensions. Les disques vertébraux, muscles et tendons seraient ainsi épargnés par les douleurs.

Pas les bons muscles

Pour Philippe Villeneuve, podologue ostéopathe président de l’association de l’association de posturologie internationale, il faut cibler certains groupes musculaires pour corriger une position. 

En clair, l’homme est doté de muscles du mouvement, fatigables, rapides, et de muscles de postures, lents et non fatigables

Quand la position est mauvaise, les muscles de posture ne travaillent pas correctement. «Si on demande de compenser avec les muscles fatigables, on crée d’autres problèmes. 

Voilà pourquoi le "Tiens toi droit" est une erreur.». L’idéal serait de ne pas réfléchir quand on se tient debout. Ou envisager le problème autrement. «Si quelqu’un se courbe vers l’avant naturellement, c’est qu’il a quelque chose à protéger devant. Souvent, ce sont des gens qui ont une cicatrice, des maux de ventre. C’est le côté émotionnel qui ressort», complète le spécialiste. Pour redresser une silhouette, il confectionne des semelles minimalistes (3mm d’épaisseur maximum), dont le but n’est pas de «corriger», mais de faire prendre conscience au cerveau qu’il y a un déséquilibre dans le corps. Grâce au système nerveux, la proéminence de la semelle envoie un signal au cerveau qui redresse automatiquement la posture.

Agir sur le ventre pour préserver le dos

Si la personne n’est pas courbée mais souhaite tout de même prévenir certains problèmes, il existe une alternative au «Tiens-toi droit». En tant que chiropracteur, spécialiste de la colonne vertébrale, Caroline Lambert insiste sur l’importance de prendre conscience de sa colonne avant d’en souffrir. Elle parle même «d’hygiène vertébrale» à ses patients, à qui elle conseille de se focaliser sur leur ventre plutôt que leur dos pour adopter la pose idéale. «Je leur dis: "Mets ton zip." 
Imaginez que vous fermez un gilet avec une fermeture éclair. Du bas du ventre jusqu’au cou. De cette manière, vous vous redressez sans tension excessive.» En position assise, elle conseille aussi de ne pas laisser se former les bourrelets du ventre, synonymes de repli excessif plus que d’embonpoint. Quoi que…

faire son l'art, face à la douleur

Premier établissement de santé en France à décliner le concept INSIDE OUT à l’initiative de l’artiste JR, La Clinique du Parc se mobilise sur la thématique de la lutte contre la douleur en faisant entrer l’Art dans ses murs avec le projet FAIRE FACE # INSIDE OUT.

En gros, le concept est d'afficher des centaines de visages liés à une cause ou un évênement (oui je sais l'art et moi...).

Le projet "faire face à la douleur sera mieux expliqué sur la page facebook je pense.

Reste que c'est sympa à regarder et que c'est pour la bonne cause.




samedi 6 septembre 2014

Pour un renouveau du regard sur le handicap, ou pas cap ?

C'est méchant, c'est beau, c'est frais, mais ça n'aura pas assez duré.


Je parle de feu l'émission "handicap handi pas cap", avec Jérémy Ferrari, que je ne peux plus me retenir de vous faire partager.

 


Âmes sensibles, ne pas s'abstenir !





Et là une apparition très très remarquée dans une autre émission (vous pouvez faire une avance de 4mn pour aller directement au sketch):

vendredi 5 septembre 2014

qui connait un Baudouin ?



Journée mondiale contre la douleur


Journée mondiale contre la douleur L'OMS s'associe à la Journée mondiale contre la douleur célébrée tous les ans le 3° lundi du mois d'octobre.
Le traitement de la douleur et les soins palliatifs font partie intégrante du droit à jouir d'une bonne santé, estime l'Organisation mondiale de la Santé.
"C'est en majorité dans les pays à revenu faible ou moyen, où les maladies chroniques comme le cancer et le Sida gagnent du terrain, que les malades sont privés de traitement anti-douleur", explique le Dr Catherine Le Galès-Camus, chargée à l'OMS du groupe Maladies non transmissibles et santé mentale. "Ce n'est pas parce que les ressources sanitaires sont comptées que les malades et leur famille doivent se voir refuser ce traitement".
L'Association internationale pour l'étude de la douleur (IASP) et la Fédération européenne des sections locales de l'IASP (EFIC) coordonnent les actions mises en place pour cette Journée mondiale.

Selon l'IASP et l'EFIC, une personne sur cinq souffre de douleurs chroniques modérées à fortes, et la douleur rend une personne sur trois incapable ou difficilement capable de mener une vie indépendante. En outre, une personne sur quatre rapporte que la douleur perturbe ou détruit ses relations avec sa famille et ses amis.

La morphine par voie orale s'est avérée d'un bon rapport coût-efficacité pour le traitement de la douleur modérée à forte chez les cancéreux et les personnes vivant avec le VIH/SIDA, note l'OMS dans un communiqué. Toutefois, ces analgésiques ne sont pas partout disponibles, en particulier dans les pays en développement à cause d'une méconnaissance de leur usage médical, de restrictions réglementaires et de leur prix.
"Le soulagement de la douleur devrait être un droit de tout être humain, qu'il soit atteint d'un cancer, d'une infection à VIH/SIDA ou de n'importe quelle autre maladie douloureuse", affirme Sir Michael Bond, président de l'IASP.

Pour le Pr. Harald Breivik, président de l'EFIC, "la douleur chronique est l'un des problèmes les plus sous-estimés par les services de santé dans le monde aujourd'hui" alors qu'elle devrait être considérée comme "une maladie en tant que telle".


ceci est (presque) un copié-collé:  http://www.journee-mondiale.com/30/journee-mondiale-contre-la-douleur.htm

jeudi 4 septembre 2014

nous sommes tous des marika partie 2

Chose promise, chose due.

L'actualité du livre, c'est celui de Trierweiler, mais il en faut plus pour me décourager de parler de "Marika".

Il y a dans ce livre quelque chose de bien troublant quand on y pense: il existerait une personnalité "fibromyalgique" type. C'est assez fou comme théorie.... ou pas ? Y a t'il des personnalités "cardiaques" ou des "cancéreuses" types ?

Je ne me permettrai pas de trancher pour les autres pathologies, chacun sa merde problématique type (justement).

Selon l'auteur, voilà une liste de critères prédisposants à la Fib, ce que l'on nomme un terrain atopique:
  • manque d'estime de soi
  • manque de confiance
  • importante sensibilité
  • importante émotivité
  • orientation professionnelle vers les métiers d'aide*/**

*Médecin, infirmier, assistant social, éducateur....
** au risque d'oublier de s'occuper de soi-même.

Attention quand même à l'effet barnum


 En avant propos, il faut préciser que le terrain atopique ne suffit pas à contracter une pathologie, il lui faut un déclencheur (comme le pollen pour une allergie). Le déclencheur peut être tout à fait être psychologique mais déclencher une pathologie physique, comme par exemple le stress qui peut lancer une crise d'asthme, des troubles cardiaques ou de psiorasis. Le contraire existe aussi.

Ce livre délivre un message très intéressant: ce que l'on nomme souvent avec dédain comme étant psychosomatique doit être considéré avec le plus grand sérieux car oui, on peut mourir d'une maladie psychosomatique, et le corps est absolument indissociable de l'esprit.

Pour le Docteur Baron, il y a donc une composante psychosomatique très forte dans la fib, qui n'attendait qu'un déclencheur psychique ou physique pour s'activer. Au point que nous nous ressemblions tous ? J'aimerais bien le savoir.
Dans la Fib donc, un état de stress mal géré, générerait un épuisement généralisé (on est pas loin du syndrôme de burn-out) qui n'est plus compensable sans aide extérieure. Ce stress insupportable serait cause de contractures musculaires ajoutant épuisement et douleur à la fatigue, usant à leur tour les tendons, voire les os. La douleur entraînant à sa suite encore plus de contractions, donc de fatigue et de douleur en plus....


Voilà un beau cercle vicieux ! L'auteur affirme qu'il peut être brisé et que l'on peut s'en remettre (comme je disais le mot guérison est employé, ce qui me gêne beaucoup).
Pour ce faire, une seule solution, une prise en charge globale du corps et de l'esprit. Nombreux sont ceux qui aimeraient pouvoir en profiter, et bien moins nombreux ceux qui le peuvent. Mais ça c'est une autre histoire.



mardi 2 septembre 2014

nous sommes tous des Marika, partie 1

Bon, ça y est, j'ai eu le temps de lire "Marika ou le bonheur retrouvé".


Environ 200 pages. L'oeuvre se parcourt vite, et peut se terminer encore plus rapidement si on se contente d'une partie seulement du livre.

En effet, le livre comporte 2 grandes sections: 
  1. La vie de Marika, "fibromylagique type".
  2. La fibromylagie plus en détails.
La seconde partie connaît elle plusieurs sous-catégories, plus ou moins techniques. Les morceaux les plus ardus peuvent être passés si l'on n'est pas médecin/soignant.

C'est un aspect important du livre: on y trouve comme une progression dans la technicité qui le rend finalement très accessible. Au pire j'aurais tendance à dire que la partie romancée peut déjà suffire dans un premier temps si l'on est un lecteur peu concerné car, loin d'être un simple apéritif, elle contient nombre détails qui font mouche.

Alors Marika, c'est qui ?

Marika n'est pas juste une belle dame romantique qui regarde la mer en robe rouge: c'est la Madame Toutlemonde des fibro-atteints. Le Dr baron a choisi cet archéptype pour présenter au grand public la maladie, sur la base (et on le croit sur parole) d'une expérience de plusieurs centaines de suivis médicaux et pluri-disciplinaires.

Le résultat est assez bluffant. Non pas d'un point de vue littéraire (j'ai notamment trouvé assez artificiels nombre de dialogues entre personnages ainsi que certaines descriptions), mais au sens où il est très difficile de ne pas se retrouver dans le personnage.
Par sa vie, ses souffrances, ses questions et ses réflexions, ainsi que celles de son entourage, Marika permet de mettre en avant la réalité du quotidien de douloureux chronique.
C'est cependant un exemple idéal car Marika est très bien entourée, bénéficie de soins "de pointe"... au point que l'on célèbre "la guérison de Marika" !



La promesse de guérison est réellement évoquée dans ce livre, à plusieurs reprises. Cela m'a choqué. S'il est possible de guérir de la fibromyalgie, je crois que ça se saurait. D'ailleurs pour guérir il faut être malade, donc avoir une maladie, ce que n'est pas la fibro...

Le terme de rémission n'aurait-il pas été plus convenable ?

Du coup, j'ai largement préféré la partie plus technique, qui m'a semblé éviter moralisme et faux espoirs, tout en mettant l'accent sur les stéréotypes fibromyalgiques (et qui fera l'objet d'un prochain article).

Néanmoins, cette partie romancée mériterait vraiment d'être lue par nos familles et nos conjoints pour sa valeur exemplaire. Je regrette que ce livre soit en rupture de stock un peu partout.