Protection de contenu.

Blog sous licence creative common. Messages soumis à modération pour le respect de chacun.

samedi 21 octobre 2017

Faustine est visible


La chanteuse Faustine est visible.


Faustine Nogherotto, tout le monde ne le sait peut-être pas, est une chanteuse originaire de l'Oise.

A une époque, j'avais essayé de prendre contact avec elle car nous étions à la recherche de personnalités médiatiques pour nous aider à faire connaître la fibromyalgie. Ce n'était sans doute pas le moment.

Du coup j'ai été surpris et assez heureux de la voir s'exprimer sur son Facebook au sujet des handicaps invisibles.
Faustine ne parle plus de fibromyalgie, mais de Goujerot et de SFC, ce qui au final ne change rien ou presque: nous partageons une souffrance commune, un besoin de se battre pour rester vivants.


Alors ne boudons pas notre plaisir, quand bien même le sujet est triste:





et puis elle ne pourra pas dire qu'on ne l'a pas entendue, la pauvre :



Du coup, j'étais en train d'écrire mes bêtises habituelles.. et pouf.. l'émotion... 



jeudi 21 septembre 2017

La fibromyalgie, j'en suis gaga

La fibromyalgie entre dans la cour des grands ? 

Le rapport de L'INSERM fait le "buzz" ?  Certains députés de la commission d'enquête ont il obtenu une avancée concrète ? La science aurait trouvé un remède miracle à la maladie ? Une fibromyalgique va t'elle traverser la manche en pédalo électrique ? 

On pourrait se poser la question, mais non  : Lady Gaga a fait son "fibro coming out" sur tous les écrans et tabloïds du monde pour annoncer un truc du genre: "j'ai la fibromyalgie et j'y arrive plus"....

En attendant quand je vois tout ce qu'elle est arrivé à faire, vu comment elle danse et tiens la distance... j'en viens presque à douter qu'elle ait bien la fibro. C'est con parce que c'est justement ce qui est pervers avec la fibro: ça se voit pas forcément. En plus c'est peut être récent ses crises ?

OSEF


Qui a dit que la vraie souffrance était d'écouter un de ses disques ?

Bon, nous on connaît tous ça, devoir s'arrêter un temps ou complètement, et nous sommes des dizaines de millions. Sauf que quand c'est Lady Gaga faut croire que ça pèse plus lourd. Il y a sans doute une moralité à tirer de ça mais au final, ne boudons pas notre plaisir:

C'est pas tous les jours que la Fibromyalgie se retrouve dans Closer à côté de jhonny, Nabilla et Brigitte Macron !!!

https://www.closermag.fr/people/lady-gaga-qu-est-ce-que-la-fibromyalgie-un-specialiste-explique-748076

J'en viendrais presque à souhaiter que Nabilla ait aussi la fibro.... (presque j'ai dit).

Sur la forme, en plus, l'article de Closer n'est pas si mal. Je dirais qu'il est même plus utile que celui sur le site de la CPAM.
Sur le fond, est c'est sans aucun doute le plus important, l'annulation par une chanteuse de sa tournée européenne peut faire plus pour la reconnaissance de la fibromyalgie que des années de lutte et de lobbying auprès des "puissants" de ce monde.

Pour preuve,on a sans doute plus d'articles sur la fibro en une semaine qu'en une année "classique".


J'espère que cela va aider les malades à sortir de l'ombre sans pour autant que cela ne devienne un phénomène de mode (par définition éphémère).

dimanche 10 septembre 2017

Les mécanismes moléculaires sous-jacents

Les mécanismes moléculaires sous-jacents de la ME / CFS explorés lors du symposium Open Medicine Foundation. 

Par Cort Johnson (compte rendu du symposium).
Attention: GROS article, un peu décousu selon moi mais je le laisse en l'état. En bleu les encarts à l'article original. Le travail de traduction et de rédaction m'a flingué alors si vous voyez des coquilles, merci de me les signaler.

Page d'origine : https://www.omf.ngo/2017/09/09/molecular-underpinnings/

L'OMF a prévu de poster les videos au fur et à mesure de leur montage sur leur chaine youtube:
https://www.youtube.com/channel/UC0kN-Gt9WJp7pWZJn2oDUbA/feed
Chef, elle est où l'aiguille ?

L'essentiel

  • Les résultats actuels ont peut-être révélé une aberration génétique spécifique chez les patients atteints de ME / SCS gravement malades.

  • Les études sur les métabolites, les immunités et les intestins révèlent des différences significatives chez les patients atteints de SE / SFC gravement malades.

  • Les résultats de l'expression génique suggèrent que le ME / CFS ressemble le plus au Syndrome de réponse inflammatoire systémique (SIRS) - trouble similaire à la septicémie.

  • L'équipe de Mike Snyder a entrepris une vaste étude «omics» qui comprend 20 familles et des centaines de patients et une production de cellules souches pluripotentes.

  • Les données génétiques de l'étude suggèrent des problèmes de fonctionnement immunitaire et de métabolisme.

  • Des taux élevés d'expansion des cellules T clonales suggèrent que la cellule T du patient ME / CFS réagit à un agent pathogène, à une toxine ou à un autre facteur.

  • Si Mark Davis peut déterminer à quoi ces cellules réagissent, il pourra découvrir ce qui se passe dans le système immunitaire.

  • L'étude de Maureen Hanson suggère que les cellules immunitaires du patient ME / CFS peuvent ne pas avoir l'énergie nécessaire pour devenir pleinement actives.

  • L'étude de la métabolomique de Hanson a révélé un faible taux de glucose et des résultats similaires à l'étude antérieure de métabolisme de Bob Naviaux.

  • Jusqu'à présent, l'étude Good-Day / Bad-Day de Jarred Younger trouve trois sous-ensembles: un sous-jacent caractérisé par une inflammation (protéine c-réactive), un par une substance appelée fraktalkine et un sous-ensemble non caractéristique.

  • Jonas Bergquist trouve des auto-anticorps contre les récepteurs qui ouvrent et ferment les vaisseaux sanguins chez les patients. Il travaille également sur une étude métabolomique et une étude de la lumière rachidienne cérébrale.
  • Le petit essai de Suriman sur l'autisme, par Bob Naviaux est une réussite. Il espère essayer le médicament dans ME / CFS

*****
"Ce n'est pas une maladie qui peut être résolue par une seule personne. Il a besoin d'une communauté, et beaucoup d'expertise. Je travaillerai avec quelqu'un pour le faire. » Ron Davis
Le groupe de travail a été impressionnant. Davis avait Bob Naviaux à sa gauche et Maureen Hanson à côté de lui et le prix Nobel Mario Capecchi à sa droite et Ron Tompkins à côté de lui. Assis sur le côté (afin qu'il puisse mieux entendre) était le prix Nobel Paul Berg.
Les sessions du Groupe de travail ont été conçues pour tenir les participants en discussion. Le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner ont été fournis sur place pour que les chercheurs puisse échanger.
Quelques-uns de nos non-chercheurs dans la salle (Janet Dafoe, Mary Dimmick, Ashley Davis, Linda Tannenbaum et moi) étaient assis pour ne pas déranger. Au cours des sessions du Groupe de travail, nous étions assis le long du mur et nous avions notre propre table au dîner. (Janet Dafoe a déclaré que les membres du groupe Stanford de Ron Davis regorgeaient de nouvelles idées).
Des chercheurs et des responsables de la région se sont présentés pour le symposium. Carol Head et Zaher Nahle de Los Angeles, le Dr De Meirleir, Annette Whittemore et Vincent Lombardi de Reno, Nevada et le Dr Peterson de Incline Village se sont présentés. Le groupe de travail est venu de Scandinavie, d'Australie, de la côte est et d'autres lieux. Seul le Dr Montoya, n'était pas présent.

C'est toujours enrichissant d'être en présence de chercheurs qui parlent de leurs recherches. La grande majorité de la conversation s'est bien passée.
Les sessions de travail et le symposium
"Il faut une équipe pour résoudre une maladie et vous avez créé une très bonne équipe." Bob Naviaux à Janet Dafoe lors des sessions du groupe de travail.
Ron Davis 

Ron Davis a commencé la session en indiquant que, parce que nous ne savons vraiment pas où regarder, nous explorons autant de pistes que possible.
Davis est très concentré sur la production d'énergie cellulaire, mais maintient ses options ouvertes. Il a apparemment vu trop de choses sûres qui finissent finalement sur le bord de la route pour ne pas regarder au-delà. La première étape est de fureter partout. 
Davis a présenté la "nano-aiguille" que son laboratoire a produite et sa découverte d'une impédance cellulaire accrue lorsque les cellules ME / CFS sont soumises au stress. Ces niveaux d'impédance élevée suggèrent que les cellules des patients ME / CFS sont incapables de répondre à leurs besoins énergétiques lorsqu'ils sont soumis à un stress.
Peut-être l'indice le plus frappant que Davis ait découvert jusqu'à présent est la capacité du plasma des patients ME / CFS à faire en sorte que les cellules des témoins sains ressemblent aux cellules ME / CFS lorsqu'elles sont stressées, et la capacité du plasma des contrôles sains à rajeunir les patients atteints de ME / cellules. 
Davis a constaté que le pyruvate, une substance qui contourne la glycolyse, et l'ATP - une molécule de signalisation (à l'extérieur de la cellule) - rend les cellules des patients ME / CFS à nouveau en bonne santé. (Attention: prendre du pyruvate et / ou de l'ATP pourrait vous rendre très malade.)



Davis a commencé à filtrer des substances hors du plasma des patients ME / CFS dans le but d'isoler le facteur incriminé. (Notez que le problème pourrait également être un facteur manquant - quelque chose manquant dans le sang des patients ME / CFS). La première étude a indiqué que la substance ou le composé était probablement une molécule complexe. Il peut s'agir d'un anticorps ou d'un élément attaché à un anticorps. C'est une conclusion intrigante, compte tenu de la croyance de Mark Davis selon laquelle le ME / CFS est probablement une maladie auto-immune. 

 
Résultats des grands projets de données (Big data) sur les patients gravement atteints
Jusqu'à présent, le projet Big Data a identifié 14 gènes qui sont probablement impliqués dans le ME / CFS, y compris un gène hautement suspect qui a eu des mutations néfastes chez chaque patient sévère mais pas dans un seul contrôle sain.
Davis, comme d'habitude, a exprimé sa prudence. Ce gène - qui affecte le traitement de la sérotonine et les lymphocytes T régulateurs - pourrait être associé à la gravité du ME/CFS mais ne pas le déclencher. C'est-à-dire que le ME / CFS pourrait simplement être pire chez les personnes atteintes de ces mutations. Quoi qu'il en soit, c'est un indice : une flèche qui pointe vers une zone de dysfonctionnement.

Ce gène pourrait rendre difficile l'arrêt de la prolifération des lymphocytes T en mettant finalement les patients ME / CFS à risque pour le déclenchement d'une maladie auto-immune.
Davis a également pointé un certain nombre d'impasses: l'ADN libre de cellules, les virus, les nouveaux agents pathogènes, les concentrations d'ADN mitochondrial - tous ces facteurs ont été normaux chez les patients atteints de ME / SFC graves.
Allez on s'accroche !

Les études d'OMIC comme l'étude « Big data » sur les patients lourds et l'étude de Snyder sont des projets complexes et coûteux, mais Davis a déclaré que le projet du génome et d'autres ont montré qu'ils étaient vraiment rentables. (Certainement plus rentables qu'une série d'études plus petites et mal intégrées).
La discussion du Groupe de travail de Davis a suscité beaucoup d'intérêt. Chris Armstrong a demandé si ces cellules ME / CFS stressées se développaient. Davis ne le savait pas mais soulignait qu'elles ne semblaient pas mourir. Bob Naviaux a suggéré d'ajouter du glucose et d'utiliser un glucomètre pour évaluer les taux de glucose dans le plasma.
Le test de nano-aiguille est rapide et bon marché, mais beaucoup plus de travail est nécessaire avant de pouvoir le considérer comme un test diagnostique pour le syndrome de fatigue chronique (ME / CFS).

Wenzhong Xiao
Wenzhong Xiao est l'homme qui rassemble toutes les différentes parties du projet de données ME / CFS sévères. Ron Davis l'appelle une «force». Le décrochage créatif pourrait être une autre bonne façon de le décrire, car Xiao avait une tendance plutôt irritante (pour certains) à signaler des défauts dans plusieurs programmes majeurs. Bref, il est juste le genre de personne que Davis apprécie.
Xiao vient d'Harvard et de l'hôpital général, mais a travaillé au laboratoire de Davis avant. Il a commencé en notant les résultats de qualité de vie étonnamment bas des malades par rapport à d'autres maladies sévères. Le suivi de Fitbit de l'étude porte le dessus; la moyenne des patients sévèrement malades dans l'étude compte environ 1000 pas par jour - environ 10 fois moins que le contrôle sain moyen dans l'étude (@ 10 000).
Les métabolites, bien sûr, ont été l'un des principaux axes de Davis et de la Open Medicine Foundation. Davis a décrit le test et obtenu des résultats anormaux, mais rien de particulièrement excitant jusqu'à ce que les résultats des tests de métabolisme de Whitney aient montré des différences massives. Dans certains cas, les taux de métabolites de Whitney diffèrent de ceux des témoins sains d'un facteur 10-100. 

La question des métabolites semble également apparaître fortement dans la cohorte de patients sévèrement atteints. Xiao a déclaré qu'il trouvait une grande différence dans environ la moitié des métabolites qu'il mesure chez les patients sévères par rapport aux témoins sains.
Les résultats immunitaires se manifestent aussi fortement : un tiers des cytokines testées (21) - dans la plus grande gamme de cytokines testées encore (n = 61) - étaient différents entre les patients atteints gravement et des témoins sains. Cela, à notre avis, est fondamental. Contrairement à l'étude Montoya / Mark Davis, l'étude de Xiao n'a pas eu besoin de prendre en compte la gravité pour obtenir des différences importantes. Cela suggère que des différences de cytokines beaucoup plus importantes sont présentes chez les patients très sévères contre des patients moins sévères.


Xiao a également trouvé un faible facteur neurotropique dérivé du cerveau (BDNF) chez les patients - une surprise compte tenu des niveaux élevés de BDNF chez les patients fibromyalgiques. Xiao semble également trouver une réponse sous-jacente aux lipopolysaccharides (LPS). Le LPS est une toxine associée à une bactérie qui est habituellement utilisée pour évaluer l'activation immunitaire.
Dans l'un des moments les plus excitants de son Symposium Stanford de 2014, le Dr Montoya a déclaré que le ME / CFS ressemblait le plus au syndrome de réponse inflammatoire systémique (SIRS). Xiao a rapporté que ses données d'expression génique suggèrent que le ME / CFS ressemble plus à SIRS que toute autre maladie. Il se caractérise par une diminution de la température corporelle, une fréquence cardiaque accrue, une respiration rapide et un faible nombre de globules blancs - ce qui a été trouvé parfois dans le ME / CFS. 

L'étude sur le microbiote présente des différences significatives dans la flore intestinale avec trois bactéries apparaissant notamment chez les patients atteint. L'expression du gène des cellules NK est également considérablement réglementée par le ME / CFS.

 
Une machine à générer des hypothèses
J'ai questionné Xiao plus tard sur le projet ME / CFS sévère. Le but du projet est simple: rassembler suffisamment de données dans le plus grand nombre de domaines possibles afin de générer des hypothèses - des idées sur ce qui se passe dans ME / CFS - qui peuvent être testées.
Lorsque je lui ai posé des questions sur la difficulté de rassembler ces millions de points de données, j'ai été surpris d'apprendre que ce n'est pas un problème pour lui. Certaines des techniques pour faire ce genre de chose, a t-il dit, ont été créées par des entreprises comme Google et Amazon.com avec des flux de données beaucoup plus importants. 

Le gros problème est de filtrer le blé de la paille. Xiao trouvera beaucoup d'associations, mais lui et d'autres personnes à l'atelier se concentrent sur la cause, et c'est une chose différente et plus difficile. (Séparer le blé de la paille et la façon de le faire était un thème commun dans l'atelier.) Si je l'ai bien compris, Xiao met les données dans une base qui comporte des résultats de recherche incorporés. Ceci, à son tour, l'aide à interpréter les données. 

À la fin, nous pourrions avoir quelque chose comme une panne métabolique entraînant une activité immunitaire aberrante qui cause les symptômes. 

Afin d'avoir autant d'esprits que possible travaillant sur ME / CFS, Ron Davis a promis d'ouvrir ses données. Raeka a indiqué qu'une plate-forme de données Web pour l'analyse et la visualisation de ces ensembles de données va se concrétiser rapidement.

Chris Armstrong - un participant actif à la session du groupe de travail - a suggéré que les problèmes de glycolyse pourraient inhiber la production de cytokines. C'est une suggestion fascinante compte tenu des résultats de faibles taux de cytokines chez les patients au long cour dans l'étude de cytokines de Lipkin / Hornig. Il suggère que les problèmes de production d'énergie sont derrière les problèmes immunitaires dans ME / CFS.

Nous verrons plus tard des suggestions sur les questions d'énergie: a) empêcher les cellules immunitaires d'être activées, ou b) préparer la voie à l'auto-immunité. Il faut des quantités massives d'énergie pour une cellule immunitaire comme un monocyte pour se transformer en un macrophage qui tue des agents pathogènes. Nous devrions en apprendre davantage sur la connexion énergie / immunité dans le ME / CFS.

Personne n'a examiné les patients sévères (ou tout autre type de patients atteints de ME / CFS) avec ce genre de prisme avant. Une question centrale est de savoir si les personnes gravement malades fourniront des réponses à ce qui se passe avec des patients moins gravement malades ou s'ils sont atypiques à certains égards. Une étude de la Simmaron Research Foundation a révélé des signatures de fluides spinaux nettement différentes dans les crises atypiques (maladies plus graves, souvent inhabituelles, augmentation des comorbidités) par rapport aux patients plus typiques. Une fois que les résultats figureront dans la base de données de l'OMF, la prochaine étape déterminera si elles sont trouvées chez des patients moins sévères.
À tout le moins, nous allons apprendre beaucoup sur les patients les plus gravement atteints. Potentiellement, nous allons avoir des indices sur ce qui se passe chez tous. Ça va être fascinant.


Mike Snyder
"Lorsque vous ne savez pas quelle est la solution, essayez tout" Mike Snyder

Le président du département de génétique à Stanford, avec un laboratoire à la pointe, est un genre de « rockstar » dans le domaine de la génomique. Considéré comme un pionnier dans l'apport de "grandes données" aux résultats de la vie réelle, le laboratoire de Snyder a beaucoup de découvertes à son nom. Il est le premier à faire un projet de génomique fonctionnelle, le premier à développer des chips de protéome, le premier à développer des tableaux de carrelage haute résolution pour l'ensemble du génome, le premier à faire le "séquencement par suite d'un couple", etc.
Le laboratoire de Snyder a déterminé que les déchets et d'autres parties du génome précédemment considérés comme inutiles sont en fait très actifs. Snyder a également cofondé plusieurs sociétés de biotechnologie (Protometrix (maintenant une partie de Life Technologies), Affomix (maintenant Illumina), Excelix et Personalis). Il est également à la pointe de la révolution « wearables » que beaucoup de gens estiment être les outils de la médecine de demain.
Snyder, lui-même, a utilisé ses outils portables pendant un voyage pour se rendre ensuite chez un médecin. Le médecin a constaté qu'il avait contacté la maladie de Lyme pendant des vacances dans le nord-est, et une maladie potentiellement très grave a été piégé.
Snyder est si avancé sur les possibilités de la médecine personnalisée - quelque chose qu'il aimerait voir dans ME / CFS - qu'il a écrit un livre à ce sujet.

Malgré ses obligations familiales, il a réussi à assister à la plupart des sessions du Groupe de travail et du Symposium. « Stimulant » souvent les présentateurs avec des questions et des observations, Snyder était l'un des participants les plus actifs et apporté une bonne énergie dans la salle. La présence de Snyder était une autre démonstration de la capacité de Ron Davis à inscrire les meilleurs talents dans son effort pour comprendre et battre ME / CFS.
Le curriculum vitae de Snyder a été un peu intimidant, et il m'a fallu trois jours pour m'efforcer de lui parler. (Il s'est avéré être très gentil: juste "un autre gars créant des percées à Stanford".)
Snyder a présenté le travail que son assistant de recherche, Fereshtah Jahanbani, et son équipe font. 

Nous n'avions entendu presque rien de Snyder auparavant, mais le travail accompli par lui et la Fondation Open Medicine était une révélation.



L'étude ME / CFS en cours dans son laboratoire est énorme: 10 familles ont été soigneusement étudiées jusqu'à présent avec beaucoup d'autres à venir et 175 cas non familiaux de ME / CFS et de 150 contrôles - tous incorporés à une importante omégalité (génomique, métabolomique, microbiome, etc.).
Fereshteh, Shagahyegh Jahanabnai, Brittany Ann Lee, Kevin Contrepois, Hannes Röst, Damek Vaclav Spacek, Lihua Jiang, Anil Narasimha et Laurel Crosby de l'équipe de Ron Davis, entre autres, participent. L'objectif de ce groupe multinational est de déterminer les mécanismes moléculaires impliqués dans le ME / CFS.
Le groupe prendra également du sang chez certains patients générant des «cellules souches pluripotentes induites» (iPSC). La percée dans la production de cellules souches des cellules ordinaires a valu à leurs découvertes un prix Nobel en 2012. Ces cellules peuvent théoriquement être transformées en tout type de cellule (muscle, coeur, etc.) dans le corps. Ils peuvent ensuite être testés pour donner un aperçu de ce qui se passe dans ME / CFS.

L'équipe a repéré des signes d'une activation accablante du système immunitaire et d'une réponse anti-inflammatoire qui peut rappeler ce qui se passe dans l'autisme. Certains des signaux les plus forts suggérant que le stockage du glycogène est affecté apparaissent également.
Leurs données génétiques sur les cas familiaux et sporadiques de ME / CFS montrent un enrichissement des mutations affectant les gènes et les voies impliquées dans le système immunitaire et le métabolisme chez les patients atteints de MES / SCS, certains patients ayant des mutations multiples affectant le même gène ou la même voie (cela pourrait expliquer gravité de la maladie et large éventail de symptômes).
Les données suggèrent également une connexion potentielle entre le syndrome d'Ehlers Danlos (EDS) et le ME / CFS. (Snyder a noté le fort chevauchement symptomatique entre EDS et ME / CFS).

 
Ceci, bien sûr, n'est pas la première fois que EDS a été mentionné avec le ME / CFS. Alan Pocinki estime que EDS est essentiellement sous-diagnostiqué dans ME / CFS, et un document d'hypothèse récurrent met ME / CFS et EDS dans le même spectre de troubles.

J'ai demandé à Fereshteh Jahanbani, le leader du projet Mutli-Omics dans le laboratoire Synder, sur les résultats. L'hétérogénéité a été un mot clé tout au long des sessions du groupe de travail et Fereshteh trouve également son hétérogénéité dans ses études familiales. Ce n'est pas nécessairement une mauvaise chose. Jahanbani a noté que différentes variantes génétiques pourraient conduire aux mêmes critères: un système immunitaire déréglé et une altération métabolique qui surviennent après un grave facteur de stress, comme une infection.
Elle a mentionné comment une infection  déclenchait un changement chez une personne prédisposée (par une mutation dans un gène qui avait été inactif auparavant), ce qui a entraîné l'apparition chez cette personne d'un diabète de type II.
C'est un modèle assez pertinent pour le ME / CFS et c'est exactement le genre d'hypothèse qu'ils espèrent probablement découvrir; une infection ou un événement qui bascule une sorte de commutateur, qui active une mutation de gène inactif ou un autre facteur, ce qui entraîne alors un ME / CFS.
Fereshteh a noté que les maladies les plus complexes sont très hétérogènes et ont souligné une famille dans laquelle une mutation du gène s'est manifestée comme un EDS à la fois dans une personne, des problèmes de contraction musculaire dans une autre et une maladie grave des gencives dans une autre.

J'étais désireux d'entrer dans cette grande étude et je devais donner du sang le lendemain pendant le déjeuner.Fereshteh a mentionné que la recherche ne serait possible sans le soutien inconditionnel de la communauté ME / CFS et de tous les patients et les membres de leur famille.

La largeur et la profondeur de l'étude "omics" de Snyder ME / CFS ont donc été une révélation. Ce type d'étude, bien sûr, est exactement ce dont nous avons besoin - de grandes études menées par des chercheurs éminents et bien considérés.

Alan Light 
Alan et son épouse, Kathleen Light, ont fait un travail novateur sur la production de fatigue dans le ME / CFS. Ses études antérieures ont montré des augmentations dramatiques (très dramatiques!) dans les niveaux de récepteurs qui prennent des signes de dommages musculaires. La réaction excessive plutôt stupéfiante démontrée par Light laisse à penser que les personnes atteintes de ME / CFS peuvent avoir un processus de sensibilisation à la fatigue qui est aussi puissant que le problème de sensibilisation à la douleur dans la fibromyalgie.
Light, comme d'autres, croit que l'auto-immunité joue un rôle majeur dans au moins un sous-groupe significatif de patients atteints de ME / CFS. Il a trouvé une forte indication d'une réponse auto-immune aux récepteurs bêta-adrénergiques ou muscariniques dans le ME / CFS. Presque tous les patients ME / CFS dans une petite étude (15/18) ont eu des auto-anticorps contre les récepteurs (muscarinique / adrénergique) qui contrôlent le flux sanguin. Lorsque les résultats auto-immunes commencent à apparaître, il devient difficile de croire que quelque chose comme ça n'affecte pas directement les vaisseaux sanguins. Le temps, bien sur, le dira.
Lights croit qu'un processus appelé mimétique moléculaire peut provoquer une réponse auto-immune dans ME / CFS. Le mimétisme moléculaire se produit lorsque le système immunitaire fournit une réponse à un agent pathogène qui finit par cibler les tissus humains également.
Voilà où cela devient délicat. Les données récentes de Light suggèrent que de multiples mutations mitochondriales et chromosomiques, qui bloquent les niveaux d'énergie des cellules immunitaires, déclenchent une réponse auto-immune. Light a affirmé que les cellules immunitaires dépourvues d'énergie vont dégénérer à un moment donné et commencer à attaquer les tissus humains. Cette idée est intuitivement logique, mais l'étude antérieure du Dr Hanson, qui a utilisé une approche plus rigoureuse, n'a révélé aucune preuve de mutations mitochondriales. 

Lights espère que certains médecins produiront des rapports de cas sur leurs expériences avec Rapamycine dans leurs patients ME / CFS.
La présentation de Light a rencontré un flux de questions. Le docteur Naviaux a noté que ses résultats n'étaient pas contrôlés pour les pseudo-gènes, et que les séquences d'ADN (que le Dr Hanson utilisait dans son étude) - et non les séquences d'ARN que Dr Light utilisait - étaient les meilleurs tests. Le Dr Light se trouvait sur son terrain, affirmant que les tests proposés étaient en cours. Nous devrons attendre pour voir si les résultats préliminaires de M. Light seront validés.
Profitant des ressources génétiques qui lui sont disponibles dans l'Utah, Light étudie également les familles avec le ME / CFS, et a trouvé une méthode plus efficace que prévue pour détecter les maladies auto-immunes.
Il trouve aussi une incidence beaucoup plus élevée de migraine chez les malades, mais n'est pas le premier à le trouver. La migraine, une autre «maladie invisible» qui frappe surtout les femmes, est très peu étudiée dans le domaine de la santé et de la santé.
Doctor Alert! - Au cours d'une pause, Alan et sa femme, Kathleen Light, ont pris la parole fait une pour les traitements à la rapamine (rapamune) dans ME / CFS. Plusieurs récits de patients ME / CFS qui se sont mieux comportés sur Rapamune ont été commentés. Les Lights souhaitent vivement que ces études de cas soient écrites dans la littérature scientifique. C'est tout ce dont ils ont besoin pour fournir les fondations dont ils ont besoin pour que Rapamune soit étudiée dans ME / CFS.

Alain Moreau
Moreau était une surprise. Un Canadien assez nouveau sur le terrain, je n'avais jamais entendu parler de lui. Une figure engageante en plein essor, Moreau est entré dans ce domaine d'une manière inhabituelle. En tant que directeur de la recherche pour un hôpital, la Fondation Sybolla lui a demandé de faire une analyse des lacunes de recherche dans le syndrome de fatigue chronique. Au moment où il a terminé l'analyse, il a dit qu'il était tombé amoureux de la maladie et avait demandé une bourse de recherche de la Sybolla Foundation.
Moreau a été le scientifique à l’origine de la demande de recherche qui a été refusée par le gouvernement canadien au motif que le ME / CFS n'est pas une maladie biologique. Dans une conversation, Rose a déclaré que le gouvernement canadien avait reconnu en privé l'erreur et lancé la subvention. Si l'épisode était douloureux pour la communauté ME / CFS, il a eu l'avantage de la rassembler, a t-il dit.
On a demandé à Moreau de produire un test de stress qui créerait un malaise post-effort mais qui ne fragiliserait pas le patient. Il a inventé une machine de massage capable de produire des symptômes de PEM pendant 90 minutes chez environ 2/3 des patients. Moreau est très content de sa machine et a proposé d'inviter d'autres chercheurs à s'y familiariser.
L'étude des acides aminés a suggéré que les patients les plus gravement touchés présentent une signature moléculaire élevée dans l'homocystéine et faible en vitamine C.

Discussion
Glycolyse ou gluconéogenèse? Un mauvais contrôle du glucose est présent mais comment cela se passe-t-il? Les problèmes de transport du glucose dans les cellules pourraient aider à expliquer la fatigue. Le Dr McGregor d'Australie a noté qu'un test de tolérance au glucose indiquait que 65% des patients avaient une tolérance de glucose exagérée mais tronquée; c'est-à-dire qu'ils atteignent leur absorption maximale de glucose dans 30 minutes, mais dans une heure, leur absorption de glucose chute rapidement.
McGregor a déclaré qu'il y avait une sorte de résistance à l'insuline qui était corrélée aux scores de fatigue.

 
Mark Davis 
Comme prévu, la présentation de Mark Davis a été un point fort. Davis a un grand laboratoire ...
L'immunologiste Dr. Montoya a travaillé dans une grande étude sur les cytokines, Davis a parlé de cette étude en premier. Cette étude tant attendue - six ou sept ans de fabrication - a-t-il déclaré - ne trouvait pratiquement aucune différence dans les niveaux de cytokines entre les patients atteints de SMI / SCS et des témoins sains, mais suggère encore que de nombreuses cytokines ont contribué à la gravité du ME / CFS.
L''association dramatique entre les niveaux de cytokines et la sévérité au sein du groupe ME / CFS a été frappante en effet. Avec pas moins d'un tiers des 51 cytokines associées à la gravité, les résultats étaient forts. Ces résultats sont d'autant plus remarquable que les cas moins sévères et modérés de ME / CFS avaient des niveaux de cytokines normaux ou inférieurs à ceux des personnes saines.

Quelque chose d'inhabituel se passe clairement avec les cytokines - quelque chose que Mark Davis n'avait pas vu auparavant. Il a suggéré que les patients les moins atteints pourraient apaiser un processus pro-inflammatoire que les patients les plus malades ne peuvent pas gêrer du tout - les laissant exposés à la pleine force des cytokines pro-inflammatoires. Avec son sens de l'humour particulier, Davis a estimé que cette idée «pourrait définitivement peut-être être vraie » .
 
Davis a gardé le meilleur pour la fin. Mark Davis a développé une méthode pour suivre l'expansion clonale des cellules T dans diverses maladies. Les cellules T produisent des répliques d'elles-mêmes en grand nombre lorsqu'elles rencontrent un antigène - une protéine piquée d'un agent pathogène ou d'une toxine par une cellule présentant une immunité.
Les lymphocytes T produites au cours de ce processus sont comme des missiles à tête chercheuse. Ils sont conçus pour un seul but et un seul but - rechercher et détruire tout ce qui présente cette signature antigénique. Un nombre élevé de cellules T auto-clonées est un signe certain d'une activation immunitaire significative.
Davis a trouvé des taux élevés d'expansion clonale dans plusieurs maladies dont la maladie de Lyme et plusieurs maladies auto-immunes. Quand il s'est tourné vers ME / CFS, il a trouvé la même signature - les cellules T qui émettent des cellules clonales indéfiniment. Comme la maladie de Lyme, l'expansion clonale trouvée dans le ME / CFS impliquait leurs cellules T cytotoxiques ou tueuses. Les lymphocytes T tueurs de patients atteints de MME / CFS étaient en « mode attaque ».
Soit un processus auto-immune ou une sorte d'antigène étranger (c'est-à-dire une infection ou une toxine), devait être la cause de la mise en place de ces lymphocytes T en ME / CFS. Les constatations de Davis sont préliminaires; il trouve un signal fort, mais il faut tester plus d'échantillons. Si ses résultats persistent, l'étape suivante consistera à identifier ce qui modifie les lymphocytes T chez les patients ME / CFS. Si Davis peut le découvrir, il peut avoir une accélération brutale pour découvrir ce qui déclenche la maladie.

 
À l'heure actuelle, il parie sur un processus auto-immédiat probablement initié par une infection. Tout ce qu'il voit à propos de la maladie lui suggère une piste auto-immune.
Il y a plusieurs raisons d'espérer que Ron Davis obtienne un centre de recherche ME / CFS: son expérience dans la gestion de grands projets avec succès, la croissance remarquable de son équipe, les conseillers scientifiques importants qu'il a recueillis, et bien sûr, la recherche nano-aiguille et les avancées dans la découverte du facteur sanguin mystérieux qui semble bloquer les cellules des patients ME / CFS.
Au cours de la période d'échanges après les discussions, Ron Davis - qui aime poser des questions pièges- demande à Mark Davis de lui dire pourquoi les cytokines ne sont pas un «artefact» de cette maladie.
L'autre Davis a reconnu qu'il ne savait pas si les cytokines étaient des corrélations ou si elles étaient causales, mais ont soutenu que les données dont il disposait sur 1000 personnes en bonne santé suggèrent que quelque chose est vraiment anormal dans le système immunitaire des patients atteints du syndrome de la fatigue chronique.

Naviaux a la capacité de regarder les choses sous des angles différents. Il a également convenu que la découverte de lymphocytes T estimés dans le ME / CFS suggère qu'il y a un problème, mais a noté qu'un autre grand problème dans le ME / CFS pourrait être des choses qui ne sont pas activées. Ron Davis a précisé plus tôt que le facteur dans le plasma qui bloque les cellules des patients ME / CFS pourrait être quelque chose qui manque.
Naviaux ne pouvait pas trop souligner combien il était important d'insister sur la globalité des systèmes immunitaires des patients ME / CFS. C'est seulement alors que vous pouvez identifier ce qui se produit et ne se produit pas dans cette maladie.



Jarred Younger
Il était bon de voir Jarred Younger à la session du groupe de travail. Il n'a pas le CV de quelques-uns des autres chercheurs, mais il est intelligent, il est jeune et il a été en mesure d'obtenir des subventions des NIH. Il est la vague de l'avenir et il était bon de voir Davis l'inclure.
Younger a simplement présenté ses premiers bons et mauvais résultats de l'étude de recherche de jour, expliqué certaines de ses premières conclusions, et a demandé des suggestions comment améliorer l'étude ou qui pourrait être en mesure d'utiliser ses précieux échantillons.


Echanges : 
Raeka, le modérateur, a stimulé le groupe avec des questions au cours des périodes de discussion. L'une était: quelles données manquent-elles dont nous avons vraiment besoin? 
  1. La protéomique: c'est-à-dire les protéines dans le sang - une des substances les plus difficiles à mesurer, est définitivement manquante. Très peu d'études sur la protéomique ont été réalisées dans le ME / CFS.
  1. Une autre donnée longitudinale était un autre besoin. Michael Snyder a déclaré que les gens sous-estiment combien vous pouvez apprendre des études longitudinales. Nous avons quelques études de ce type en cours (Good Day / Bad Day) et l'étude de surveillance de Lipkin d'une année (qui a apparemment des échantillons, mais pas encore de l'argent pour les tester). Ces études longitudinales sont très importantes car un échantillonnage plus ou moins fréquent permet aux chercheurs d'avoir une véritable base de référence. Vous pouvez vraiment filtrer les artefacts des éléments réels en utilisant ces études.

McGregor* a noté que le ME / CFS ressemble beaucoup à une maladie hétérogène. Si vous voulez une homogénéité dans ME / CFS, vous devrez probablement penser à une épidémie qui a été déclenchée par un seul facteur. (McGregor semble convenir avec Fereshtah qu'il existe différentes manières d'arriver à souffrir de ME / CFS).


*Le Dr McGregor a co-édité le Journal of Chronic Fatigue Syndrome et a été le pionnier de l'utilisation de la métabolomique dans la maladie. Maintenant, il fait partie des meilleurs esprits sur le terrain. 
Les symptômes trouvés dans ME / CFS peuvent encore être regroupés et, une fois qu'ils le sont, peuvent être associés à des processus biochimiques distincts. 
Un modèle de régression a suggéré qu'un facteur - la glycolyse - était le meilleur déterminant de la fatigue, tandis que la douleur généralisée était mieux prédite par les pertes d'électrolyte et d'acides aminés. Les changements d'humeur étaient le plus associés à l'augmentation des taux de glucose et à la réduction des taux de tryptophane.

Le Dr McGregor, le Dr John Whiting et une autre personne, dont le nom m'échappe, travaillent depuis plusieurs années dans une vaste étude de polymorphisme de gènes. Les mutations qui se sont produites dans le groupe ME / CFS étaient intriguantes en effet. 

Une analyse factorielle a repéré sept facteurs, dont trois ont tourné autour d'une enzyme - GTPase - qui est notamment impliquée dans la perception sensorielle. (Si les résultats de McGregor et Whiting sont corrects, ils ont peut-être découvert le premier lien jamais rencontré pour les problèmes sensoriels qui touchent tant de personnes avec ME / CFS.)

D'autres mutations impliqueraient l'élimination de l'ADN viral, l'hypotension orthostatique (fonctionnement du système nerveux sympathique et parasympathique) et les gènes de reconnaissance / liaison des agents pathogènes.

C'est une très jolie liste de facteurs compte tenu de ce qui semble se passer dans ME / CFS. Certaines des mutations étaient de 3 à 12 à même 25 fois plus susceptibles de se produire chez les patients atteints de ME / CFS. Plus tard, en parlant au dîner, McGregor a déclaré que lorsqu'il a vu ces chiffres, il savait qu'il était vraiment sur quelque chose. Espérons qu'il a raison.

 

Maureen Hanson

Maureen Hanson a un fils avec la maladie. Hanson a réussi à accumuler plusieurs subventions NIH et se consacre à une grande variété de sujets, y compris l'exercice, la métabolomique, la génétique et le microbiome. Hanson est allé jusqu'à créer un centre ME / CFS à Cornell et postuler à une subvention des centres de recherche. Elle est également membre du Conseil Scientifique des Conseillers pour la Simmaron Research Foundation. Une figure impressionnante. Elle n'a pas beaucoup parlé pendant le Groupe de travail, mais quand elle l'a fait, elle a démontré ses compétences.

Étude de l'intestin

Hanson est très active. Elle collabore avec un groupe norvégien pour évaluer l'efficacité des transplantations fécales. Elle a noté qu'une ancienne étude a révélé des signes d'augmentation des lipopolysaccharides (LPS) - une toxine bactérienne. Si je l'ai bien compris, Hanson va évaluer les microbiomes des patients ME / CFS et les niveaux d'une protéine de détection de LPS, avant et après les transplantations fécales.
Les études de traitement ME / CFS sont rares. Hanson a souligné avec ironie que l'étude sur les greffes fécales, comme Rituximab, venait de l'extérieur des États-Unis : le Royaume-Uni et les Pays-Bas ont financé de nombreux essais très importants et coûteux.)



Problèmes métaboliques

Le dernier projet de Hanson est aussi fascinant. Une «petite» frustration s'est glissée quand elle a déclaré que cette étude était réellement financée par le NIH (lol). Hanson a utilisé la machine Seahorse pour évaluer la production d'énergie des cellules T. La machine Seahorse est la dernière innovation dans la mesure de la production d'énergie cellulaire. Ron Davis, Isabel Barao, Maureen Hanson et d'autres l'ont utilisé.

Les lymphocytes T sont un bon sujet, car pour se mettre en action et tuer d'autres cellules,  ou pour produire des clones d'eux-mêmes afin de lutter contre les envahisseurs, cela prend énormément d'énergie. Si la production d'énergie est défectueuse dans le ME / CFS, elle va probablement apparaître dans leurs cellules immunitaires. Hanson n'a pas trouvé de glycolyse altérée. Lorsque le glucose a été administré aux cellules immunitaires, ils ont pu l'utiliser, mais leur capacité respiratoire (phosphorylation oxydante) a été émoussée. Cela a suggéré que les cellules immunitaires des patients atteints  étaient moins capables de produire de l'énergie à l'aide d'oxygène et, par conséquent, moins susceptibles d'être activées.

Cela semble, pour tout le monde, être logique, compte tenu du faible fonctionnement aérobie trouvé dans ME / CFS.

L'initiative de résolution (SMCI) finance une série d'études portant sur les niveaux d'énergie des cellules immunitaires. Dans une autre étude que le SMCI a aidé à financer, l'étude métabolique de Metabolon de Hanson a révélé des taux de glucose plus faibles (encore une surprise), mais des différences dans le métabolisme des graisses et des lipides (c'est-à-dire la production d'énergie) et dans les sphingolipides qui jouent un rôle important dans les résultats de Naviaux. Hanson a noté que le faible taux de glucose n'est pas aussi bon. En fait, les athlètes avec des taux de glucose plus élevés font mieux dans les sports d'endurance que les patients avec des taux de glucose plus bas, peut-être en raison de moins d'inflammation. Dans l'ensemble, les résultats des métabolites de Hanson ont suggéré une inflammation accrue et une récupération réduite du stress métabolique.



Le petit nouveau - Robert Phair
 
Robert Phair n'a pas été présenté, mais fut actif dans les sessions de groupe de travail. Le chef des sciences de Integrative Bioinformatics, Inc., Phair est biologiste des systèmes.

L'histoire de Phair indique pourquoi il est important que nous continuions à communiquer sans cesse à propos de cette maladie. Phair a eu un ami avec la maladie, mais ne savait pas qu'il pouvait contribuer à la recherche jusqu'à ce qu'un article apparaisse dans le magazine Stanford.
Il a déclaré: «Sans cette histoire, je ne serais pas là.» Il a contacté Laurel Crosby et fait son volontariat avec elle et Ron environ un jour par semaine au cours de la dernière année. Il a apporté de nombreuses idées lors de la discussion du groupe de travail. Il consulte les projets de recherche et contribue à la stratégie globale, à la conception expérimentale et à l'interprétation des données.

Jonas Bergquist
Bergquist a été co-auteur d'une vaste étude de protéome de la colonne vertébrale cérébrale. Après Lyle, Bergquist a continué ses travaux sur le ME / CFS dans le sang et le liquide rachidien. Les premiers résultats avec un groupe allemand suggèrent que 20 à 30% des patients atteints de SE / SC ont des auto-anticorps contre les récepteurs adrénergiques et muscariniques qui affectent le fonctionnement des vaisseaux sanguins.
Berquist a noté que trouver quelque chose dans le sang est encourageant étant donné qu'il est tellement plus facile d'y accéder qu'au liquide rachidien cérébral. Les résultats préliminaires d'une étude métabolomique et du liquide de la colonne vertébrale cérébrale sont prometteurs. (Restez à l'écoute des résultats de l'étude de la métabolomique et de l'étude spinale spinale cérébrale de Simmaron Research Foundation ...)

Bob Naviaux

Naviaux a ouvert le Symposium et a été un participant actif - posant de nombreuses questions et offrant de nombreuses suggestions - au cours de la session du groupe de travail. Sa compréhension de nombreux domaines différents est impressionnante. Les études métaboliques de Naviaux suggèrent que les personnes atteintes d'une douzaine de maladies différentes, allant de l'autisme au syndrome de la guerre du Golfe au syndrome de stress post-traumatique et aux maladies mitochondriales, et bien sûr, les MES / CFS, sont piégés dans une activation de la défense cellulaire qui sert à éteindre la production d'énergie dans leurs cellules. Naviaux a souligné que dans le ME / CFS et ces autres maladies, il ne s'agit pas du déclencheur, mais de la résolution de la réponse au stress cellulaire. 

En déclarant que  «vous êtes chroniquement malade, car vous ne pouvez pas aller mieux», Naviaux a déclaré qu'il croit que la guérison dans le ME / CFS est bloquée à des points de contrôle spécifiques dans une cellule. L'idée selon laquelle des points de contrôle spécifiques des contrôles cellulaires - qui peuvent bloquer un retour à la santé - ont été identifiés, était une bonne nouvelle. 

En réponse à un danger cellulaire, Naviaux croit que les personnes atteintes de ME / CFS sont piégées dans la réduction de la consommation mitochondriale, de l'oxygène intracellulaire réduit, de l'augmentation des radicaux libres, de la libération accrue d'ATP de la cellule et de l'activation de retrovirus endogènes.  

Une fois hors de la cellule, l'ATP avertit d'autres cellules qu'il y a danger dans la région et pour survivre, les cellules s'éteignent.

Naviaux a contrasté les 25% des métabolites qui sont communs au syndrome de fatigue chronique (ME / CFS) avec les 75% spécifiques aux individus. Il a suivi cela en notant que la moitié des métabolites associés à ME / CFS étaient différents entre les hommes et les femmes. Cela ressemble à un scénario assez hétérogène, mais Naviaux croit qu'il existe un noyau commun à ME / CFS. Naviaux a trouvé parmi 2 000 médicaments un qui avait le genre d'effets anti-purinergiques qu'il cherchait, appelé Suramin. 
La drogue a très bien réussi dans un petit test sur l'autisme. L'essai a révélé que chaque enfant autiste a eu des améliorations significatives et inhabituelles dans la parole et / ou le comportement.  

Le Suramin n'est pas un médicament parfait - il ne fait pas tout ce que Naviaux voudrait - mais Ron Davis a noté qu'il semble revenir aux cellules ME / CFS dans un état plus normal. (Un blog sur l'essai Autisme arrive).


Vous tenez le coup ? 


En ce qui concerne le traitement du syndrome de fatigue chronique, Naviaux a déclaré que: 

  1. la première étape était d'éliminer le déclencheur (infection, toxine, etc.) s'il est encore présent,
  1. puis utiliser la métabolomique pour identifier les lacunes métaboliques qui doivent être traitées afin de "recharger" la personne,
  1. enfin utiliser des médicaments anti-purinergiques tels que des doses faibles de Suramin pour éteindre la réponse au danger de la cellule.  

Si je l'ai bien compris, l'approche est à la fois personnalisée et large; le Suriman éteint la réponse au danger de la cellule et les résultats de la métabolomique guident l'approche de traitement à partir de là.

Si une maladie nécessite une approche organisée, c'est celle-ci.

Malgré les résultats frappants, six ans plus tard, les biomarqueurs n'ont pas été établis et les applications cliniques basées sur cette approche ne sont nullement visibles. En fait, ce groupe n'a pas publié un autre document sur le ME / CFS. 

Maintenant, imaginez une approche différente de cette maladie, une approche organisée comme Ron Davis l'a suggéré. Dans ce scénario, vous faites vos grandes études OMIC et d'autres études, puis développez vos résultats.  
Si vous faites une étude qui suggère une signature protéique distincte peut être présente, vous prenez la prochaine étape. C'est trop rare dans le ME / CFS financé par intermittence. Si nous avions une approche organisée et financée de façon adéquate pour cette maladie, la prochaine étape aurait été prise et de nombreuses années gagnées.  
Ron Davis et Ian Lipkin ont suggéré que 5 à 10 millions de dollars par an suffiraient. C'est beaucoup d'argent pour un individu ou un couple d'individus à donner, mais je pense qu'il doit y avoir des donateurs là-bas qui veulent aller au bout, qui reconnaissent qu'il n'y a tout simplement aucun substitut à une approche bien financée et organisée de cette maladie. 

Les résultats de l'étude de Lyme / ME / CFS étaient fascinants: on y a mis en évidence différentes signatures de protéines dans le liquide rachidien des personnes qui ont été traitées pour la maladie de Lyme et le ME / CFS. Cela suggère que ces deux maladies ou conditions, qui semblent si semblables et que certaines personnes pensent être les mêmes, sont probablement tout à fait différentes.
Le document a été téléchargé 37 000 fois. Les auteurs croyaient que leur nouvelle «stratégie protéomique» présentait un avenir brillant. Ils ont estimé qu'il «accélérerait la transition d'une phase de découverte des biomarqueurs candidats, comme décrit dans cette étude, à une validation complète pour une application clinique». Ils ont également estimé que «Distinguer le CFS et le nPTLS aurait des implications étiologiques qui pourraient conduire à de nouveaux diagnostics et à des interventions thérapeutiques». C'est-à-dire qu'ils ont cru que nous étions sur la bonne voie pour obtenir des biomarqueurs et les utiliser pour développer de nouveaux traitements.